Dossiers législatifs

LOI n° 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile

Dernière modification: 07 October 2008

  • Communiqué de presse du Conseil des ministres du 25 février 2004Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales a présenté un projet de loi de modernisation de la sécurité civile. La sécurité civile repose dans notre pays sur la vocation, le professionnalisme et le dévouement de centaines de milliers d'hommes et de femmes. Elle s'appuie sur quelques grands principes opérationnels tels que l'unité de commandement, la mutualisation des moyens et la planification de la gestion des situations d'urgence. Malgré cet effort d'anticipation, les catastrophes récentes et la réévaluation de la menace terroriste invitent à repenser certains éléments de cette stratégie et à moderniser ses outils. Le projet de loi de modernisation de la sécurité civile vient élargir l'action conduite par le Gouvernement en matière de prévention des risques naturels et technologiques et conforter la départementalisation entreprise par la loi du 3 mai 1996. 1.- Faire de la sécurité civile l'affaire de tous - Dès l'école puis au collège, l'apprentissage des premiers gestes qui sauvent sera généralisé et sera accompagné d'une sensibilisation à la prévention des risques de la vie courante. Un nouvel élan sera donné au volontariat chez les sapeurs-pompiers. La participation des bénévoles des associations de sécurité civile à l'organisation des secours sera facilitée par un dispositif d'agrément et de conventionnement. En situation de crise, les réservistes de la sécurité civile auront pour vocation le soutien et l'assistance aux sinistrés. Pour rassembler les compétences et l'expertise en matière de protection des populations, sans attendre le vote de la loi, un Conseil national de sécurité civile sera créé par décret auprès du ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales. 2.- Donner la priorité à l'échelon local - L'objectif est de donner à la population toutes les consignes utiles en cas d'accident majeur et de permettre à chaque commune de soutenir pleinement l'action des services de secours. Le projet de loi organise la simplification des plans d'urgence et de secours et la création de plans communaux de sauvegarde. En outre, les obligations des services publics et des grands opérateurs de réseaux seront renforcées pour garantir, en situation de crise, la continuité de services essentiels à la vie du pays et l'information des populations. 3.- Stabiliser l'institution des services d'incendie et de secours dans le cadre du département - Le fonctionnement de ces services fait appel à l'intervention combinée de l'État, des collectivités locales et des acteurs des secours ; il manquait toutefois à ces trois partenaires obligés une instance de dialogue et de concertation. Le projet de loi crée une conférence nationale des services d'incendie et de secours, composée de représentants de l'État, des élus locaux responsables des services départementaux d'incendie et de secours (SDIS) et des sapeurs-pompiers. La départementalisation, engagée en 1996, sera confirmée. Le statut d'établissement public local des SDIS est amélioré pour tirer les enseignements de l'expérience. La responsabilité du conseil général comme chef de file en matière de gestion est maintenue et renforcée. Toutefois, les maires, garants du lien de proximité avec la population, resteront représentés au sein des conseils d'administration des SDIS. 4.- Encourager les solidarités - Dès que la situation imposera le renfort de moyens extérieurs au département sinistré, l'État fera jouer la solidarité nationale. La coopération entre les SDIS sera facilitée par la création d'établissements interdépartementaux. Enfin, le caractère dangereux des missions des sapeurs-pompiers impose la reconnaissance de la Nation envers tous ceux, professionnels et volontaires, civils et militaires, qui se dévouent pour secourir leurs concitoyens. Dans ce cadre, le dispositif de prise en compte des difficultés opérationnelles des sapeurs-pompiers professionnels sera amélioré et un nouvel avantage de retraite, auquel contribuera l'État, sera institué en faveur des sapeurs-pompiers volontaires.
  • Projet de loi adopté par le Sénat en première lecture le 17 juin 2004
  • Articles 1er à 38 articles 39 à 52 bis articles 53 à 75 annexe
  • articles 1er à 46 art. 46 bis à 56 bis art. 57 à 75 et annexe

Dossiers législatifs

Assemblée nationale

Documents préparatoires

Débats parlementaires

Assemblée nationale

Sénat

Retourner en haut de la page